Kitshanga

Au Nord-Kivu, les combats se poursuivent entre les FARDC et le M23 soutenu par le Rwanda qui progresse sur certains fronts. Les troupes Kenyanes continuent à se déployer dans la ville de Goma, ville qui vient d’accueillir Uhuru Kenyata, ancien président du Kenya, pour l’option diplomatique. Congoleo.net vous présente le condensé de ce qui fait l’actualité sur cette guerre à l’Est de la RDC en cette journée du 17 novembre.

Sur le plan militaire, les affrontements sont concentrés sur Kibumba que le M23 revendique sa prise depuis la nuit de ce mercredi 16 novembre. Une source sur place fait savoir que les FARDC se seraient retiré à 5km de cette cité. L’armée pour sa part affirme contenir l’ennemi dans la zone.

Il faut dire ici que Kibumba est l’un des derniers verrous sécuritaires avant la ville de Goma. Dans la ville c’est un flou qui y règne et beaucoup craignent désormais que le M23 n’entre dans Goma.

Mais si le M23 s’en prenait à la ville de Goma, les troupes kenyanes déjà présentes dans la ville se battront pour sa défense. C’est ce que l’on peut comprendre du message du général kenyan Jeff Nyagah.

Le général a déclaré ce mercredi 16 novembre qu’ils sont là pour protéger et défendre l’aéroport international de Goma, en attendant le processus de Nairobi. « Les rebelles du M23 ne prendront pas la ville de Goma », a-t-il assuré.

A noter qu’une soixantaine d’hommes de l’armée kenyane est arrivée au Nord-Kivu, ce même mercredi. Elle vient s’ajoute à une centaine d’autres soldats arrivée sur le lieu il y a quatre jours. Le nombre total des militaires de ce pays attendu en RDC est de 900 soldats comme l’a décidé son parlement.

Emmanuel Macron s’entretien avec William Ruto sur le Nord-Kivu

« S’interposer, faire cesser les combats et amorcer le retrait du M23 ». Voilà en quoi consiste la mission de la force de l’EAC, selon la France. Ce message a été transmis au président kenyan, William Ruto, par Emmanuel Macron, président français, lors de leur entretien au sujet de la situation à l’Est de la RDC.

Le président français a réitéré le soutien de son pays aux efforts entrepris par les pays de la région pour obtenir une désescalade. Mais aussi un règlement de la situation dans le cadre des processus de Luanda et de Nairobi. « La France, en lien avec ses partenaires, apportera son soutien à la poursuite de ces efforts », a-t-il dit.

« La cessation des combats ». Il s’agit aussi d’un appel lancé par Uhuru Kenyata, lors de la visite des camps des déplacés du Nord-Kivu. « … nous devons d’abord arrêter la guerre et commençons à dialoguer. Nous ne pouvons pas dire dialoguons d’abord puis nous verrons ce problème », a-t-il lancé.

La position du gouvernement de la RDC sur cette question de dialogue reste la même. « Si le M23 veut dialoguer, qu’il se retire des positions occupées et nous verrons après », avait indiqué Patrick Muyaya.

François Mukoma

Une réflexion sur “ RDC : ce qu’il faut retenir de la guerre au Nord-Kivu pour ce jeudi

  1. Nous sommes dans la distraction. Les vrais commanditaires de cette guerre c’est la communauté internationale. Que cette dernière laisse les Africains en paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *