IPM

Le délai du recouvrement forcé de l’Impôt personnel minimum (IPM) dans les 3 communes de Bukavu, vient d’être annulé.

« Les bourgmestres des communes de Bagira, Kadutu et Ibanda, après concertation informent la population de la ville de Bukavu que le délai fixé au 20 septembre prochain pour recouvrement forcé de l’Impôt personnel minimum dans les trois communes, relativement à leur communiqué diffusé le 28 août dernier est annulé », est l’intégralité du communiqué officiel conjoint de ce mardi 6 septembre.

Un document signé par Patience Bengehya Wangwabo, Joseph Munyabeni Nyembo et Manegabe Ntayitunda Evariste. Respectivement les autorités de 3 communes de Bukavu.

Pour rappel, dans un communiqué conjoint du 24 août, ces autorités communales avaient annoncé que la campagne de recouvrement de cet impôt lancée sur toute l’étendue de la ville de Bukavu. Une activité qui devait être effectuée par la Société congolaise d’anti-fraude et anti crime (SOCAC).

Selon ce communiqué, les agents de cette société passeraient porte à porte avec les chefs d’avenues pour ce fait. Et le paiement de cet impôt serait sanctionné par la livraison d’un livret d’impôt avec timbre.

Les mesures de recouvrement qui créaient déjà une incompréhension au sein de la population de Bukavu. Nombreux se demandaient déjà sur le pourquoi de l’insistance de ce timing pour le paiement d’un impôt dont la population n’a pas été suffisamment sensibilisée.

« Payer de l’impôt c’est une obligation pour tout citoyen responsable et surtout qui a de l’emploi. Mais pour le cas, je pense qu’il serait mieux que nos autorités prennent d’abord du temps pour sensibiliser la population sur ce dernier. Et qu’elles songent aussi à la création d’emplois afin que toute personne majeure, surtout les jeunes victimes du chômage en majorité, soit à mesure de le payer aussi », dit Claude Kampunzu.

Ceci, dit-il, aiderait nos entités particulier et notre pays en général à se développer comme ailleurs. « Car il n’y a pas de développent d’un pays sans paiement des taxes et impôt », indique-t-il.

Il faut dire que l’annulation de cette mesure obligatoire de la part de ces autorités communales soulage plus d’un habitant de Bukavu.

Marcel Asifiwe K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *