Bushwira

Des affrontements rangés ont opposé deux camps des jeunes de Bushwira à Kabare ce mardi 20 septembre. Il s’agit du camp des jeunes contre le retour de l’administrateur de ce groupement et celui soutenant son retour.

Des informations en provenance de Bushwira font savoir que tout a commencé quand Edouard Rushingwa, administrateur suspendu puis rétabli par le gouverneur de province, est venu accompagné d’un groupe des jeunes pour son installation.

« Il est venu avec le commandant de la police nationale congolaise basé à Cirunga pour son installation », indique Innocent Nkolisali, président de la société civile de Bushwira. Celui-ci indique que ce groupe a été stoppé par un autre groupe des jeunes qui est contre le retour de Rushingwa.

« Les deux camps ont commencé à se jeter des pierres », dit-il. Une situation qui a perturbé la circulation dans ce groupement. Surtout que le groupe contre le retour de l’administrateur avait coupé des arbres et les placer sur la route.

« Deux personnes ont été blessées », déclare Emmanuel Bengehya, président du Cadre de concertation de la société civile de Kabare. Il parle de Masirika Bernard et de Murhula Komera, originaire de Cirhavanyi, à Bushwira centre. « Ces deux blessés sont actuellement dans un hôpital de la place », dit-il.

Une autre source quant à elle parle de 3 personnes blessées et qui seraient admises à l’hôpital de Mukongola (Kabare). Et parle d’autres personnes blessées qui ne sont pas encore identifiées. Car, dit-elle, d’autres jeunes étaient au bureau de l’administration en train de manifester.

Des jeunes de Bushwira toujours en sit-in au bureau de l’administrateur

Innocent Nkolisali fait savoir qu’un agent de l’Agence nationale de renseignement est parmi les blessés. A en croire cet acteur de la société civile, le commandant de la police, présent sur le lieu, a dit prendre note du refus de la population de voir Rushingwa être rétabli comme chef de ce groupement. Et qu’il rendrait compte aux autorités compétentes de cette situation.

Pour rappel, c’est depuis deux ans que le chef du groupement est suspendu par l’administrateur du territoire de Kabare. Il a été rétabli dans ses fonctions par le gouverneur de province, Théo Ngwabidje au mois d’août. Et depuis le 20 de ce mois, des jeunes sont en sit-in au bureau du groupement pour contester le retour de Rushigwa.

Ce groupe des jeunes réclame une autre personne à la tête de ce groupement. « Depuis le 20 août, le groupement de Bushwira est non dirigé. Car même le chef de groupement ai ne peut plus y fouler ses pieds », informe Emmanuel.

La société civile dit observer un désordre dans la perception des taxes et le non enregistrement des enfants et des mariages à l’Etat civil. Le Cadre de concertation dénonce ce qu’il appelle la politisation du pouvoir coutumier à Kabare. Et appelle le gouverneur pour maintenir l’ordre à Bushwira. Et à la population de rester calme.

Thomas Uzima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *