23 maisons

Les rebelles ougandais des Forces Démocratiques et alliées (ADF) ont  tué 20 personnes et incendié 23 maisons d’habitation lors d’une unième Violence perpétrée aux villages Kandoyi et Bandiboli.

Tous ces deux villages se situent dans groupement de Bakpulu, chefferie de Walese Vonkutu , territoire d’ Irumu. Le fait a eu lieu plus précisément sur la route nationale Nº4 axe routier Komanda – Mambasa, en province de l’Ituri.

Selon les premières informations livrées à Congoleo.net, par Christophe Munyanderu coordinateur de la convention pour le respect des droits de l’homme (CRDH) antenne d’ Irumu, la première attaque s’ est passée dans le village Kandoyi. De là, les terroristes ADF-MTM ont signé leur présence vers 16 heures de ce vendredi 05 Août dernier.

 « Ici au moins 15 civils ont péris dans ce massacre. Et 18 maisons ont été rendues en cendre. » A fait savoir Christophe Munyanderu.

Après des pertes en vies humaines et 23 maisons, à Bandilboli c’est pareil 

Comme cela ne suffisait pas, les ADF dans leurs opérations, ont signé une nouvelle présence au village Bandiboli dans la matinée de ce samedi 06 Août. Notre source parle de 4 personnes sur place à Bandiboli.

«Toute la journée de ce samedi, la circulation sur l’ axe Komanda – Mambasa a été coupée. Jusqu’à présent, les ADF occupent le village Bandiboli » A-t-il alerté Christophe Munyanderu.

Celui-ci pense que l’absence de l’effectif militaire, serait à la basse de ce nouveau massacre qui cible toujours les paisibles citoyens. Car à en croire ce cadre de défense des droits de l’homme, le gouvernement central semble oublier à vouloir poursuivre ces ADF jusqu’à leur dernier retranchement.

Pour ce faire, il réitère sa demande au gouvernement de la République Démocratique du à renforcer l’effectif militaire dans ces régions en proie à l’activisme des groupes armés.

Il sied de préciser qu’au cours de l’incursion qui a fait 20 morts et 23 maisons incendiées, la soirée de ce vendredi, plusieurs personnes avaient été prises en otage. Quatre parmi eux, ont été relâchées. Parmi eux, deux femmes, un homme et un bébé (après que ces ADF aient achevé sa mère biologique).

Elias Lwayivweka depuis Bunia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *