armés

Le commandement de la 12e Brigade de réaction rapide basée à Minembwe dit condamner les événements qui se sont produits dans cette partie de la province du Sud-Kivu en date du 7 et 9 novembre.

Dans un communiqué de ce jeudi 10 novembre et signé par le Lieutenant  Meya Gbe Jérémie, porte-parole de l’armée dans le milieu, le commandement parle des événements malheureux.

Il fait savoir qu’en date du 7, le nommé Muzima âgé de 55 ans a été tué par 3 présumés militaires. Et que ces hommes sont pour l’instant à la disposition de la justice militaire afin de répondre de leurs actes.

Mais aussi qu’en date du 9 novembre, une équipe du groupe « terroriste » Twirwaneho-Makanika ont tendu une embuscade à un combattant loyaliste. Et que le militaire a été assassiné par ces derniers.

Face à cette situation, il invite civils et militaires à observer les règles régies par le droit international humanitaire. A rendre sincère le mariage civilo-militaire, tout en individualisant les fait. « Etant donné que l’infraction est individuelle », dit-il.

Tout en compatissant avec les familles éprouvées, le commandement de la 12e Brigade dit s’engager dans sa mission de restaurer l’autorité de l’Etat dans cette zone en proie aux conflits armés.

Thomson Undji Batangalwa William

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *