parlement

Le M23 a évoqué pour la première fois la possibilité d’un retrait de ses positions actuelles. Ceci ressort d’un communiqué de ce mouvement, de ce mardi 6 décembre.

Il réitère également sa demande d’un dialogue direct avec le gouvernement congolais. Pour trouver une solution durable aux causes du conflit dans l’est de la RDC. Le M23 dit souhaiter une réunion avec la force régionale d’Afrique de l’Est.

Ce mouvement terroriste affirme qu’il respecte le cessez-le-feu, même si les combats n’ont jamais cessé dans le territoire de Rutshuru. Il s’agit d’une première, cette possibilité de retrait du M23 des territoires occupés. Même s’il n’était pas représenté au mini-sommet de Luanda d’il y a deux semaines.

Il faut dire que la pression ne cesse de monter autour du M23 suite aux massacres de Kishishe dont il est accusé être auteur. Un massacre qui a fait 272 morts et dont le gouvernement congolais appel la CPI à ouvrir une enquête afin de traduire en justice les auteurs.

A noter également que cette annonce de retrait intervient après une conversation téléphonique entre le secrétaire d’Etat américain, Anthony Bliken et le président rwandais, Paul Kagame. Un entretient pendant lequel Bliken appelait Kagame à cesser tout soutient à ce mouvement.

Le M23 demande pour ce faire de rencontrer le facilitateur de l’EAC, Uhuru Kenyatta, pour des discussions.

François Mukoma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *