Siméon

La première journée de deuil décrétée par la communauté Hema et Unadi a été paralysée ce vendredi 19 novembre au centre-ville de Bunia.

Ceci suite à des tirs d’armes qui se sont fait entendre dans la commune de Mongbwalu où des éléments de l’ordre procédaient à l’exercice et au nettoyage d’armes lourdes en pleines heures des manifestations.

Ce qui a provoqué une vive tension au sein de la population de cette partie.

Ces communautés ont été appelées à deux journées de deuil décrétées par la société civile  dans le centre-ville de Bunia afin de compatir avec toutes ces familles victimes des atrocités commises en Ituri. 

D’après la coordination de la société civile de Bunia, la  première journée qui a commencé ce vendredi, n’a pas été bien respectée comme il en était souhaité. « Cela à cause des tirs d’armes lourdes entendues dans cette partie », indique-t-elle.

Selon notre source, la communauté Hema et celle d’Unadi étaient prêtes pour l’observation de l’appel de cette structure citoyenne.

De son côté aussi, Cephace Daniel, président du conseil communal de la jeunesse de Mongbwalu  déplore de cette façon de procéder au lavage d’armes. 

« J’appelle aux autorités militaires à toujours informer la population pour éviter des paniques, à chaque fois qu’elles veulent nettoyer leurs armes », dit-il.

Marcel Asifiwe K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *