jeunes

Les élus nationaux  katangais réunis au sein du Rassemblement des députés katangais (RDK) disent constater que la CENI prépare une fraude à grande échelle. Ils le font savoir dans leur déclaration politique du 1e décembre.

Pour ces députés, la Commission électorale nationale indépendante augmente sensiblement les centres d’identification et d’enrôlement d’électeurs dans l’espace Kasaï, en diminuant les centres dans la ville de Kinshasa, le Katanga et le grand Kivu.

« … alors que l’espace Kasaï s’est vidé de sa population ces trois dernières années avec l’exode vers le Katanga, le Bandundu, le Kongo central et la ville de Kinshasa », peut-on lire sur leur document.

Le RDK dit constater la discrimination et la mise à l’écart de certains congolais vivant dans la diaspora. En ne choisissant « arbitrairement » que les congolais de la France, de la Belgique, du Canada, des Etats-Unis et de l’Afrique du sud. Il parle d’une violation de la loi électorale.

En ce qui concerne le calendrier électoral lui-même, il le trouve irréaliste et « risquerait d’amener les congolais aux élections chaotiques ».

Ainsi les députés katangais exigent à la CENI de procéder à la correction de la cartographie des centres d’identification et d’enrôlement des électeurs avant le début des opérations proprement-dites. Et tout mettre en œuvre pour des élections réellement démocratiques, transparentes, inclusives et apaisées.

Pour ce qui est de la diaspora congolaise, il  l’appelle soit de la considérer dans sa globalité, soit la déconsidérer purement et simplement.

Thomas Uzima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *