ville morte

Pour le respect de la journée ville morte appelée par le bureau urbain de la société civile, plusieurs écoles ont renvoyé des élèves à la maison ce mardi 27 septembre sur toute l’étendue de la ville de Bukavu. 

Cet appel a été lancé par cette structure citoyenne pour exiger la libération de la cité de Bunagana qui demeure sous occupation des terroristes du M23 depuis plus de 3 jours maintenant.

Si certains magasins et boutiques n’ont eu à pas fonctionner, d’autres ont commencé timidement les activités vers cet après-midi. Il faut dire que dans d’autres secteurs les activités ont tourné au ralenti.

Tôt le matin, à Bagira par exemple, les bus de transport en commun étaient moins visibles sur le parking de la commune. 

La société civile se dit satisfaite de l’attitude de la population de la ville de Bukavu qui, selon elle, a répondu favorablement à son mot d’ordre. C’est le cas de Prince Centwali, vice-président du noyau communal de la société civile de Bagira.

« La société civile de Bagira remercie la population de sa commune qui a respecté son appel à la ville morte lancé par le Bureau urbain de la société civile de la ville de Bukavu et la demande en outre, d’être à la première ligne d’attaque parce que l’heure des grandes actions pour exiger la libération de Bunagana pris en otage par les terroristes du M23 a sonnée », déclare-t-il.

Prince Centwali, dit encourager les fils et filles de sa commune qui, selon lui, ont compris qu’avoir un sens élevé de patriotisme est une valeur.

De sa part, François Kulimushi, vice-président de la NDSCI, appelle aux autorités compétentes à une prise conscience pour la libération de la cité de Bunagana. « Nous allons poursuivre avec d’autres actions citoyennes pour vu que Bunagana soit libéré », dit-il.

La société civile du Sud-Kivu dans sa pluralité appelle au gouvernement congolais et à la communauté internationale à éradiquer tous les groupes armés qui sèment terreur et désolation à  l’Est du pays.

Il est important de signaler que cette action citoyenne a été organisée dans le sens de renforcer davantage la campagne de mobilisation nationale pour soutenir les forces de sécurité de la RDC qui se battent jour et nuit pour sauver l’honneur du pays. 

Marcel Asifiwe K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *