Kasha

Cela fait quelques années que des habitants de Panzi et de Kasha demandent que leurs milieux soient érigés en communes à part. Un projet qui avançait bien, à en croire certains cadres de ces coins jusqu’à ce qu’une délégation du ministère de l’intérieur arrivent en province pour la finalisation de la question.

Plusieurs différents sont nés des limites de ces deux nouvelles communes, ce qui bloque le projet. Comment comprendre cette situation ?, congoleo.net vous présente la lecture des éléments qui opposent les cadres de ces deux milieux et qui risquent d’impacter d’autres communes.

La ville de Bukavu compte trois communes à savoir Ibanda, Kadutu et Bagira. Panzi est l’un des quartiers qui composent la commune d’Ibanda, comme Kasha est une entité de la commune de Bagira.

Vu l’évolution du quartier Panzi, ses habitants avaient manifesté le vœu de voir leur entité être érigée en commune. Tout comme ceux de Kasha qui, depuis des années, ne cessent de demander que leur entité soit reconnue comme commune.

A noter que pendant la période de la rébellion du RCD, Kasha, était érigé en commune, comme d’autres entités sous occupation de ce mouvement rebelle. Mais avec l’unification du pays, Kasha a été attaché de nouveau à la commune de Bagira comme jadis. Mais les ambitions ont demeuré. 

Une délégation du ministère national de l’intérieur est dans la ville de Bukavu depuis un certain temps pour étudier cette question. Cette délégation se heurte sur la question de la délimitation de ces deux entités.

Le quartier Cahi oppose Kasha à Panzi

Cahi est le dixième quartier de la commune de Bagira. Il est situé à côté du quartier Panzi et éloigné de la commune. Ce qui avait poussé les habitants de ces deux quartiers à se mettre d’accord pour que Cahi soit intégré dans la nouvelle commune de Panzi.

Pour Kasha, Cahi est l’un de ses quartiers qui doit intégrer cette entité comme nouvelle commune. Pour les habitants de Kasha, pas question de laisser Cahi aller à Panzi. Ce que contestent les habitants de Cahi.

Il faut dire aussi que du côté de Bagira, la délimitation de Kasha pose également problème. Cette commune compte dix quartiers. Il s’agit de Lumumba, Nyakavogo, Mulambula, Cikera, Cikonyi, Ciriri, Mulwa, Kanoshe, Cahi et Buholo-Kasha.

Sur dix quartiers, Kasha souhaite partir avec 8 à lui seul et laisser deux à la commune de Bagira, à savoir Lumuba et Nyakavogo. Une situation inacceptable pour les notables et les habitants de cette commune. Ils proposent par contre une division équitable c’est-à-dire 5 quartiers par commune. Proposition réfutée par ces derniers.

La viabilité économique de la commune de Kasha

Le refus des cadres de Kasha de partir avec 5 quartiers est dicté par la viabilité économique des certains quartiers. Car selon eux, les quartiers que la commune de Bagira souhaite garder sont ceux qui ont une rentabilité économique. Il s’agit entre autres de Mulambula et Cikonyi.

Du côté de Bagira on parle plutôt de la proximité de ces quartiers et qu’il ne serait pas juste que seul Kasha puisse prendre 8 quartiers sur les dix.

Des sources proches de la commune, nous apprenons qu’une autre proposition serait sur la table. Elle consiste à mettre le quartier Nkafu dans la nouvelle commune de Kasha. Une proposition qui passerait vu l’apport économique de ce dernier. Et ce qui résoudrait peut-être la question de Cahi.

Le seul problème est que Nkafu appartient à la commune de Kadutu, la plus petite des communes de Bukavu. D’aucun se demande si Kadutu acceptera facilement d’être imputé d’un quartier aussi rentable.

D’autres proposent même qu’une partie du quartier Ndendere soit rattaché à Kadutu pour compenser la perte du quartier Nkafu. Un autre problème est que Ndendere appartient à la commune d’Ibanda qui va perdre le quartier Panzi dans cette opération. 

Des telles propositions conduisent directement la révisitation de la composition des communes de la ville de Bukavu. Et qui conduirait à plus des protestations encore. Ce qui explique le blocage auquel se heurte la délégation du ministère.

François Mukoma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *