balayeurs

Les balayeurs de la ville de Bukavu seront désormais payés par les frais issus de la taxe sur stationnement. Pour ce faire le Maire de Bukavu, Meschak Bilubi, vient de signer un partenariat public-privé avec la société Lambano venue de Kinshasa.

La signature de ce partenariat est intervenue ce lundi 19 décembre. Et pour le maire de Bukavu, le choix de cette société est dicté par le fait que cette dernière a déjà fait des preuves dans la ville de Kinshasa.

Il faut dire que la taxe sur stationnement a été mis sur pied par la Mairie de Bukavu depuis le 25 juin de cette année. Elle est payée journalièrement et est fixée à 300fc pour une moto, 500fc pour le tricycle et 1000fc pour le véhicule.

Bilubi Meschak avait expliqué que les frais issus de cette taxe, permettra de construire des toilettes publiques dans la ville. Mais aussi contribuera à l’assainissement de la ville.

La décision du numéro un de la ville de réorienter cet argent au seul paiement des balayeurs étonne plus d’un. L’on se demande ces derniers toucheront combien d’argent mensuellement pour que tous les frais de la taxe soient orientés à leur paiement.

A noter que ces balayeurs ne sont concentrés que sur le boulevard Lumumba. Et selon les dires du Maire, ils prendront aussi le tronçon routier place de l’Indépendance-feu rouge.

Il faut dire que certains conducteurs soumis à cette taxe avaient refusé de continuer à payer suite à l’absence de la contrepartie. Aucune toilette publique n’est construite jusqu’à présent et la question de la salubrité de la ville continue à se poser.

Une situation qui est sans rappeler la taxe sur la consommation de l’électricité fixée par cette même institution (Mairie) dans l’objectif d’éclairer la ville de Bukavu. Une taxe payée depuis plusieurs années mais la ville reste toujours dans le noire et aucune avenue n’a jamais été éclairée par la Mairie.

A ceux qui croyaient à la construction des toilettes publiques dans la ville de Bukavu, ils peuvent continuer à patienter.

François Mukoma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *