théâtre

 « J’ai appris le théâtre désolant auquel se sont livrés certains députés dits motionnaires à partir d’un hôtel ». Ceci est la réaction du gouverneur Théo Ngwabidje sur sa destitution par l’assemblée provinciale du Sud-Kivu, ce jeudi 24 novembre.

Dans ce message posté quelques heures après sur son compte twitter, le gouverneur, juge l’acte des élus de clandestin et de rebelle. Et qui n’a aucune signification politique ou juridique. « Mon gouvernement reste focus sur la sécurité liée à l’agression et les projets économiques au Sud-Kivu », a-t-il écrit.

Pour rappel, 27 députés provinciaux du Sud-Kivu sur 34 ont voté pour la déchéance du gouvernement provincial. Lors de l’examen de la motion de censure contre ce gouvernement. Une activité qui s’est tenue à l’hôtel Ruzizi suite aux manifestations au siège de l’assemblée.

Les députés avaient alors jugés que leur sécurité n’étaient pas garantie en ce lieu. Et avaient décidés de délocaliser la plénière.

Il faut aussi dire qu’il s’agit d’une deuxième destitution de gouvernement Ngwabidje dans moins d’une année. La première étant intervenue au début de l’année, mais le gouverneur du Sud-Kivu a été rétablit dans ses fonctions par la cour constitutionnelle.

La qualification de cet acte de « théâtre » laisse penser qu’un nouveau round sera engagé au niveau de la même cour pour juger de la conformité ou non de l’acte posé par les élus du peuple. En attendant, l’assemblée provinciale demande à Théo Ngwabidje de déposer sa démission dans 48 heures.

Thomas Uzima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *