Mugunga

Le bilan évolutif des manifestations publiques de ce lundi 20 décembre à Goma au Nord-Kivu, fait état de 4 morts, 17 blessés et 3 armes AK de la police emportées.

Un bilan donné par le porte-parole de la Police nationale congolaise (PNC), colonel Pierrot Mwanamputu, lors du briefing presse dans l’après-midi de ce même lundi.

Le porte-parole de la PNC fait savoir que ces 4 personnes ont été tuées pendant lesdites manifestations organisées par des organisations de la société civile. 

« S’agissant du bilan évolutif partiel, nous avons 4 personnes tuées dont un commissaire de police qui a été abattu à son poste de travail », indique-t-il.

A lui d’ajouter que ces 3 armes AK de la police ont été emportées par des inciviques. Il renseigne aussi que parmi ces 17 personnes blessées, il y a 5 éléments de la police et 12 civils.

Pierrot Mwanamputu informe que parmi les manifestants, il y a 11 personnes interpellées par la police qui seront déférées devant la justice pour répondre de leurs actes.

Il faut dire qu’une vive attention a été observée tout au long de la journée de ce 20 décembre dans la ville de Goma, province du Nord-Kivu. Une province qui est sous état de siège.

Cela est suite à l’appel lancé par des mouvements de la société civile, à la journée ville morte, afin de révéler leur colère vis-à-vis de l’insécurité causée par la présence des groupes armés étrangers sur le sol congolais caractérisée par des assassinats, kidnappings et cambriolages.

Mais aussi pour dire non à une éventuelle entrée de la police rwandaise sur le sol congolais à Goma. 

Marcel Asifiwe K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *