AP/SK

Le Dr Denis Mukwege condamne les attaques contre la MONUSCO à Goma. Il le fait savoir dans son communiqué de ce mardi 26 juillet.

Le prix Nobel 2018 dit avoir découvert avec grande désolation des images des incidents « malheureux » qui se sont produits dans différentes bases de la MONUSCO. Des images qui montrent des bureaux saccagés et du matériel pillé.

« Je compatis à l’infortune de la MONUSCO et au traumatisme de son personnel. Je condamne ces actes  qui ne constituent pas un moyen digne, pacifique et démocratique de revendication », peut-on lire sur le communiqué.

Tout en comprenant les frustrations de la population de Goma qui vit au quotidien les conséquences de la guerre imposée par les pays voisins, Denis Mukwege estime que cette frustration devrait s’exprimer dans la non-violence.

Il constate également que les manifestants ont été violement réprimés. Ce qu’il trouve déplorable. « Je condamne également, et avec fermeté, l’usage disproportionné de la force qui a causé des morts et des nombreux blessés parmi les manifestants », écrit-il. Et présente ses condoléances aux familles éprouvées.

Le docteur estime qu’il y avait moyen de réclamer à la communauté internationale plus des sanctions à l’encontre des commanditaires des massacres. Et des actes terroristes à l’Est du pays sans tomber dans le piège d’une violence. « Qui profite en premier lieu aux ennemis de la paix dans la région des Grands-Lacs africains ».

Denis Mukwege appelle ainsi tout le monde à la retenue. Il exhorte les autorités politiques congolaises à éviter les propos incendiaires qui enflamment les esprits et alimentent la violence. Il invite aussi la population à garder sa lucidité et son sang-froid. Et à soutenir les FARDC qui bénéficient du soutien de la MONUSCO.

« Malgré les difficultés que nous devons affronter chaque jour, ne nous trompons pas d’ennemi », conclut-il.

Thomas Uzima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *